La manjadora de Vilanòva

14 mai 2017

"Taverne la Belvie" : Pas belle la vie...

Je ne pensais pas qu’il fût possible de rater des moules marinières.Eh bien, si !Il existe à l’angle de la place Lafayette un établissement dont la principale caractéristique est d’essence alternative : en trois ans, je l’ai connu ouvert, puis fermé, puis ouvert, puis fermé, puis ouvert, puis fermé…En ce moment, il est ouvert. Enfin, je crois.Ça s’appelle… Oh ben mince, je ne sais plus ! Voyons : la dernière enseigne en date, c’était « La Fabrik » ; le nouvel exploitant n’a pas cru pertinent d’offrir à la vue du public, ne... [Lire la suite]
Posté par campusliber à 12:42 - Commentaires [0] - Permalien [#]

29 octobre 2016

Charcot, in memoriam : le Pourquoi-pas, esquif en ville

J’vais passé une partie de l’après-midi à mettre un saumon au sel, et, du coup, je m’tais fait un sashimi pour goûter. A l’heure vespérale, je  réalisai tout à coup que je n’avais rien préparé pour dîner. Mon frigo ne recélait, en ses flancs glacés, que des denrées qui demandaient un mijottage. Or, déjà, la faim grondait en moi. Il fallut bien me résoudre à descendre en ville en quête de pitance…Où aller, à Villeneuve-Sur-Lot, un vendredi soir ? Il fallait se dépêcher : passé neuf heures de relevée, le restaurateur villeneuvois... [Lire la suite]
Posté par campusliber à 04:47 - Commentaires [0] - Permalien [#]
14 septembre 2016

"La bigoudène", l'anti-bretagne absolue

Maintes fois j’étais passé devant cet établissement, et m’en étais frileusement éloigné après un coup d’œil à la carte, la litanie des ingrédients étranges dont ces gens entendaient garnir des crêpes éveillant ma méfiance.Désœuvré, sans envie de cuisiner et guère affamé, je décidai pourtant ce soir-là de me contenter de crêpes.Mal assis sur une mauvaise chaise de jardin, je consultai rapidement le menu, et décidai de m’en tenir à une certaine tradition : une complète, et une galette à l’andouille.Il est une première constante dans... [Lire la suite]
Posté par campusliber à 16:01 - Commentaires [0] - Permalien [#]
14 août 2016

Les Allées, la-bas au bout...

Samedi, à l’heure vespérale, nous devisions à la terrasse du Tortoni, et bientôt les cris de nos estomacs, agacés par les fragrances de havis émanant des cuisines, couvraient le duo de musiciens qui s’escrimaient sur scène : il nous fallut partir !Car nous voulions être chose que la cuisine un brin maniérée du Tortoni. Il nous fallait de l’authentique, du rustique, quelque chose’ qui reposât nos papilles en un terrain connu, sans fioritures. Et il était déjà neuf heures et demie : où aller qu’on ne nous refoule pas comme chien dans un... [Lire la suite]
Posté par campusliber à 17:08 - Commentaires [0] - Permalien [#]
05 juillet 2016

A l'abri du monde, le restaurant du lac de Cancon

Le cadre est bucolique. Rustique, même, d’eau et d’arbres, ou le cygne si fier qu’on ne le mange plus snobe les canards promis au queux.Dans la poussière d’une terre battue à force de passages, une terrasse aux lampions de fête accueille le chaland. L’endroit est apéritif, comme la porte chère à Pascal : il ouvre sur un ailleurs, tout près, et pourtant, que semble lointaine la bastide de Villeneuve !C’est une auberge, un havre aux amitiés bruyantes et aux amours discrètes, une place où vivre devient tout à coup aisé, évident.C’est... [Lire la suite]
Posté par campusliber à 06:43 - Commentaires [0] - Permalien [#]
15 mai 2016

L'Escale d'Asie : un peu des deux...

Je sortais d’une semaine à l’hôpital, ce vendredi-là. J’y avais été sevré de tout plaisir gustatif, et j’avais envie d’une cuisine qui, en restant légère, mette en fête mes papilles. Je dirigeai donc mes pas vers l’Escale d’Asie, dont on m’avait dit le plus grand bien.Le décor est celui qu’on attend, avec ces laques rouges, ces dragons omniprésents, un certain kitsch, et ces aquariums où personne, jamais, ne vient pêcher…C’était la première fois que je mettais les pieds à l’Escale d’Asie : j’y fus pourtant accueilli comme un ami. En... [Lire la suite]
Posté par campusliber à 09:34 - Commentaires [0] - Permalien [#]

29 avril 2016

Un (P'tit) Paris... Risqué !

A la faveur d’un déjeuner professionnel, j’ai testé le P’tit Paris.C’est effectivement très parisien : on y mange moyennement des plats moyens. Seuls les prix, abordables, sont provinciaux…J’ai voulu goûter une pizza : mal m’en a pris ! La tête, trop finement abaissée, cuite à four trop bas, se dessèche ; l’examen des bords de la croûte montre assez que cette tête n’a pas levé correctement ; sa pâleur raconte l’absence de coup de buée à l’enfournement.Le résultat n’offre aucun moelleux, et se résout sous la dent en miettes... [Lire la suite]
Posté par campusliber à 17:30 - Commentaires [0] - Permalien [#]
26 février 2016

Le Tortoni, la bonne surprise d'un bistrot

J’ai mes habitudes au Tortoni. J’y bois tous les matins force cafés, et y rencontre ou tolère ces individus louches et forcément peu recommandables que sont « les copains de bistrot ». Grâces leur en soient rendues, ils participent du sel de la vie…Le décor du Tortoni n’est à proprement parler ni d’hier ni d’aujourd’hui. Manque à ses murs ce voile de nicotine qui patinait les êtres, aux temps heureux de la liberté ; manque à son air ces nuages bleus qui faisaient la densité des bistrots. Au Tortoni, on cultive davantage le... [Lire la suite]
Posté par campusliber à 08:19 - Commentaires [0] - Permalien [#]
04 février 2016

Le Stelsia, une cuisine sans lumière (paradoxalement)

Il nous fallut toute l’inconscience que l’on réserve aux entreprises hardies. Nous partîmes hier au soir comme on jette sa gourme, difficilement remis des palpitations engendrées par la visite du site internet du Stelsia.Il faut dire que ce site, par ailleurs fort léché, affiche tout la gamme des couleurs à même de vous permettre d’étalonner le moniteur de votre ordinateur. C’est bien simple, je me suis connecté pour réserver, une heure trente-sept plus tard, je découvrais de nouvelles nuances ! Un peu chargé, quoi… Cependant, réactif... [Lire la suite]
Posté par campusliber à 18:52 - Commentaires [0] - Permalien [#]
19 août 2014

L'Entracte : entre la scène et la cène

En tête la plaisante définition de Tristan Bernard, je gagnai hier soir l’Entracte, après avoir remisé mon automobile sur la place .Nous étions trois, puisque m’accompagnaient ma compagne et sa fille, venues passer à Villeneuve quelques jours de vacances. Cette heureuse combinaison, outre qu’elle réjouissait mon cœur, allait me permettre de goûter tous les plats qui nous seraient servis, familiarité que l’on ne peut se permettre avec tous ses commensaux.Nous ne connaissions pas ce restaurant. Aussi fûmes-nous attentifs à ses abords,... [Lire la suite]
Posté par campusliber à 11:05 - Commentaires [0] - Permalien [#]